Shop Forum More Submit  Join Login
ADAccueil by Tece-Artiste
:FRflag: This is the French version of Aventura Divino. For the English version, click on this link: Aventura Divino #7 (EN)

Dans le chapitre précédent…

Aventura Divino #6 (FR)
L'ambiance devient de plus en plus tendue entre Masane et Gédéon. Les deux rivaux ne se supportent plus et en sont venus aux mains, au point que Gédéon ait les vêtements déchiquetés. Ce dernier, qui a dû s'habiller avec une robe faute d'autres vêtements disponibles, a raconté à Masane l'histoire de la disparition de ses parents 24 ans auparavant. Dans le même temps, Basile et Carelle ont atteint le lieu qu'ils cherchaient, et sont prêts à explorer l'intérieur du mont Couckme, qui est étonnement aménagé à l'intérieur.

Chapitre 7 – C'est le septième

Basile et Carelle sont de retour dans le fameux recoin du mont Couckme, avec, cette fois-ci, tout le matériel nécessaire pour percer la paroi qui sonne creux, et se frayer un chemin vers la source du mystérieux cri… Après avoir percé un trou, les deux hursians découvrent une grotte qui ressemble à un vaste couloir. Mais il fait sombre, et c’est pourquoi ils ont emporté une lampe avec eux. Cela ne les empêche pas d’avoir des problèmes sur le chemin. En effet, Basile et Carelle ont devant eux tout un tas de bestioles très étranges. Ces bestioles ressemblent à des hursians… mais ce ne sont pas des hursians, car elles sont beaucoup plus petites que n’importe quel hursian, et elles ont trois paires de pattes au lieu de deux. Par ailleurs, ces bestioles n’ont pas un air très amical, et les écraser est exclu, car elles ont l’air solides malgré leur petite taille. Autre problème : quasiment tout le sol qui se trouve devant Basile et Carelle est rempli de ces bestioles.

« Je crois qu’on a pas d’autre solution que de les éviter, tout simplement… Il suffit de marcher là où il n’y en a pas… dit Carelle.
— Mais il y en a partout ! Regarde, même derrière nous il commence à y en avoir !
Carelle et Basile commencent à être encerclés par ces bestioles…
— On a pas le choix, il faut foncer, tant pis si on se fait mal aux pattes si on devait leur marcher dessus… »
Les deux hursians s’apprêtaient à courir, mais les bestioles commencent à tomber du plafond de la grotte… elles commencent à monter SUR Basile et Carelle, qui se débattent pour les dégager. Ils arrivent tout de même à faire tomber les bestioles qui étaient sur eux, et finalement, ils n’ont pas eu d’autre choix que d’aller droit devant, doucement… et en s’armant. Carelle a toujours sur elle sa fidèle dague télescopique, soigneusement emballée dans sa boite non moins soigneuse, qu’elle cache là où personne ne serait susceptible de la fouiller, ou du moins selon elle… Basile, de son côté, va plutôt jouer sur l’esquive et la défensive. Au bout du compte, les deux hursians ont réussi à se frayer un chemin à travers les bestioles, en éliminant certaines d’entre elles, et en évitant d’autres.

À leur grande surprise, Basile et Carelle ont découvert une porte… c’est signe que quelqu’un est passé par ici, la porte ne pouvant pas être naturelle. Par contre, cette porte n’a pas de poignée, et le système d’ouverture n’est pas apparent, ce qui laisse supposer que cette construction n’est pas d’une civilisation connue.
« Je suis sûr que ce qu’on cherche se trouve par là. De toutes façons, il n’y a pas d’autre chemin, à part sortir de la grotte… dit Basile.
— Écarte-toi… Je vais lui dire à cette porte qui est la plus forte.
— Tu veux foncer dessus ? Tu… tu as perdu la raison !
— Non, je n’ai jamais été aussi lucide !
Carelle recule, et charge sur la porte… elle frappe une fois, puis deux fois, puis trois fois… puis s’écroule !
— Je t’avais dit que ce n’était pas sensé.
— Parce que tu as une meilleure solution peut-être ? répond Carelle, agacée.
— Oui… On a toujours notre matériel de forage avec nous, je te le rappelle au cas où ! Tiens, et voilà que je deviens poète : nous, au cas où ! »

Basile ricane pour sa rime facile, et Carelle se donne une claque, excédée d’avoir oublié la présence du matériel de forage pourtant juste derrière elle. Du coup, après cela, les deux hursians ont commencé à user de leur matériel sur la porte, mais pourtant, le matériel n’aura servi à rien, puisque rien n’a entamé cette porte qui semble incassable et impénétrable. Carelle, tellement énervée, ronchonne en donnant un coup de patte sur la porte… Et c’est avec ce geste tout bête que la porte s’est ouverte ! En fait, il suffisait juste d’un bon coup de patte bien placé.
« Bah du coup, on s’est donné tout ce mal pour rien ! dit Basile.
— Oui… mais bon, au moins, si on retrouve d’autres portes similaires, on saura comment faire pour les ouvrir ! Si on croise la personne qui a conçu ce système, je lui demande de m’en installer dans mon repaire ! »

Basile et Carelle se retrouvent en haut de ce qui semble être un escalier circulaire. Comme il n’y a pas d’autre chemin, ils empruntent cet escalier, qui est une preuve de plus que quelqu’un est passé par ici et a fait un vrai aménagement du lieu… et les deux hursians n’étaient pas au bout de leurs surprises, puisqu’en bas de cet escalier figurait une autre porte… Basile a donné un coup de patte, mais rien ne s’est passé… il a retenté, encore et encore, mais rien à faire, elle ne s’ouvrait pas. Après quoi Carelle a essayé à son tour… et la porte s’est ouverte !
Basile dit alors : « On dirait que la porte ne s’ouvre qu’avec TA patte… C’est bizarre. »
Carelle ne répondit pas à cela, et les deux hursians ont traversé le seuil de la porte qui s’est ouverte… et là, ce fût un choc inattendu !

Pendant ce temps, à Couturier-Ville, Masane et Gédéon ont réussi à trouver un hélicoptère d’occasion, très dur à piloter parait-il, mais indispensable pour Gédéon, qui, en tant qu’hursian, n’a pas d’ailes, contrairement à Masane. Ils décollèrent pour aller dans la même direction que celle qui avait été prise par le micro-super avion quelques heures auparavant. Ils ont l’espoir de trouver ce même micro-super avion, qui doit avoir atterri quelque part dans les environs… au bout d’une demi-heure de recherches, les deux rivaux (ou ex-rivaux ?) ont finalement trouvé le micro-super avion, près d’un recoin qui s’est donc avéré être l’entrée d’une grotte.

« Pas de doute, c’est ici qu’ils sont allés… c’est toi qui avait raison Masane, il n’y a manifestement pas de lune de miel ici. C’est dommage, je suis sûr qu’ils auraient formé un super beau couple. Basile le garçon timide efféminé, en compagnie de Carelle, la hors-la-loi, la fille forte… dit Gédéon d'un air triste.
— Bon ça va, hein. Tu ne vas quand même pas regretter que Basile ne soit pas tombé amoureux d’une personne comme Carelle, tout de même.
— Tu l’aimes vraiment pas Carelle… je te comprends, elle a essayé de te tuer… mais moi, j’ai bien voulu te mettre hors-jeu plus d’une fois, et pourtant, regarde, on est ensemble tous les deux en ce moment, non ?
— Mais toi c’est pas pareil. Tu es le frère de Basile.
— Ah, et qu’est-ce que ça change ? C’est parce que je suis le frère de Basile que tu ne me détestes pas autant que Carelle ?
— Mais non c’est pas ça… C’est que toi, tu es son frère, et du coup, tu ne vas pas être amoureux de lui ! Tu me comprends ?
— Non, je ne te comprends pas… Tu es carrément pas clair dans tes propos. Évidemment que je ne vais pas être « amoureux de lui », mais j’ai de l’amour fraternel pour lui. Je l’aime plus que n’importe qui d’autre, et lui le sait très bien. Mais ça tu ne peux pas l’admettre et ça t’énerve.
— Ah non, tu ne vas pas recommencer à être jaloux de mon amitié avec Basile, quand même.
— Non, je ne suis pas jaloux. Je dis juste la vérité. Et les différents moments que toi et moi avons passé ensemble m’ont appris à te connaitre. J’ai compris que si tu détestes Carelle, ce n’est pas parce qu’elle a tenté de te tuer, non, ça c’est un détail mineur pour un aventurier comme toi… si tu la détestes, c’est parce que tu savais qu’elle n’avait pas laissé Basile indifférent. Or, tu as toujours voulu le garder pour toi tout seul, et moi, son frère, j’en ai aussi fait les frais en étant isolé de lui.
— Aussi ? Comment ça aussi ?
— J’y viens ! Quand on est partis ensemble en direction de la vallée de Couckme, tu as voulu emporter avec toi des vêtements de rechange de Basile… or, tu disais ne pas connaitre le contenu de la valise de « réserve en cas d’urgence » de Basile. Mais dans ce cas, pourquoi as-tu amené cette valise plutôt qu’une autre qui serait totalement remplie de vêtements ? Tu connaissais le contenu de cette valise parce que TU l’avais déjà fouillée, bien avant le début de toute cette histoire ! Tu l’avais fouillée AVANT l’arrestation de Carelle ! Tu savais qu’elle contenait la robe de ma mère, et tu as donc emmené cette valise plutôt que n’importe quelle autre parce que TU aimes voir Basile lorsqu’il s’habille en fille ! Il n’y a qu’à voir l’air rêveur que tu avais quand tu m’as vu sortir de la partie salle de bains de notre chambre d’hôtel habillé avec cette robe que je porte actuellement. Je suis sûr qu’à cet instant tu imaginais la tête de Basile à la place de la mienne ! Et « Super-Nasame », celui qui a aidé les gardiens de la paix à arrêter Carelle, je suis sûr que c’était TOI ! Avant l'arrestation de Carelle, tu étais, avec Basile, le seul à savoir qu'elle avait essayé de t'éliminer durant ton aventure d’il y a cinq ans, lorsque vous aviez éradiqué le clan des Tévéhèss. »
Masane est tellement frappé par ces déclarations qu’il en perd la voix…
Gédéon termine : « Ma conclusion, c’est que depuis le début, tu as tout fait pour garder l’affection de Basile pour toi tout seul. De ce fait, quand tu as soupçonné Basile d’avoir le béguin pour Carelle après avoir découvert les photos dans la fameuse valise, tu as tout fait pour mettre cette dernière hors-jeu. Et c’est à cause de ton obsession pour vouloir avoir le monopole de l’affection de Basile qu’il a fini par craquer l’autre soir à la bibliothèque ! AVOUE QUE J’AI RAISON ! »
Masane, d’abord silencieux, finit par parler : « Je m’avoue vaincu… Tu as totalement démonté tous mes mensonges…
— Je suis un hursian d’honneur, Masane. Je ne t’abandonnerai pas ici, au pied du mont Couckme. Je viendrai avec toi dans cette grotte, mais ce n’est pas pour t’aider à réaliser tes plans foireux. C’est uniquement parce que j’ai peur pour mon frère, j’ai peur qu’il se mette en danger dans cette grotte.
— Je suis désolé… Gédéon…
— Il est trop tard pour être désolé. Tu as mal agi depuis le début. »
Gédéon prend une lampe et s’apprête à rentrer le premier dans la grotte puis dit : « Lorsqu’on retrouvera Basile et qu’on retournera à Sarteville, je lui raconterai tout cela. Je ne vois pas d’autre solution.
— Oh non… S’il te plait… Ne lui dis pas ça. Si tu lui dis ça, il ne voudra plus jamais me parler, et… je ne m’en remettrai pas. Je t’en supplie
— Bon… Je veux bien que ça reste notre secret. J’accepte parce que je n’aime pas me poser en briseur d’amitiés… Néanmoins, je t’impose une condition pour que je garde le secret.
— Oui, tout ce que tu voudras…
— À compter de ce jour, tu cesseras toute démarche visant à éloigner mon frère de celles et ceux auprès de qui il serait susceptible de s’attacher. Basile t’aime beaucoup, je ne le sais que trop bien, peut-être même plus encore que toi. Il te pardonnera le comportement égoïste que tu as eu jusqu’à présent… si tu y mets fin et que tu te rachètes.
— Merci Gédéon… Tu es vraiment… un vrai hursian d’honneur.
— Bien… Sur ce, allons voir cette grotte, je sens que Basile et Carelle ne sont pas loin de nous. Ils sont même très près, j’en suis sûr ! À 200% ! »
Ainsi, Masane et Gédéon allèrent dans la grotte pour emprunter le même chemin que Basile et Carelle… et comme ces deux derniers, ils eurent quelques soucis avec les fameuses bestioles. Heureusement, Masane a sur lui tout un stock de S&B’s, assez pour en finir très rapidement avec les bestioles.

Dans le même temps, un peu plus bas, Basile et Carelle se sont retrouvés dans une salle immense, totalement aménagée, qui ne ressemble pas du tout à une grotte, mais plutôt à un vaste temple circulaire.
Basile dit alors : « Comment est-ce possible ? Seule une armée d’ouvriers a pu construire un aménagement d’une telle ampleur dans une montagne aussi solide ! »
Carelle était silencieuse, et regardait ce qu’il y avait en hauteur. Il y avait quatre symboles représentant un soleil stylisé, à huit branches, mais le premier était vert, le deuxième était bleu, le troisième était jaune pâle, et le quatrième, qui était isolé, à l’opposé du deuxième, était noir et blanc.
« Ces symboles… ils sont au nombre de quatre, comme les quatre divinités ! Je ne crois pas aux coïncidences, ou du moins, pas quand elles sont aussi flagrantes. » dit la hursiane.
Après avoir regardé ce dont parlait Carelle, Basile a décidé d’inspecter le sol qu’il trouvait étrange. Le fait qu’il soit fissuré n’était pas anormal, car l’endroit, de toute évidence, n’a pas été construit récemment. Il a l’air au contraire très ancien… Ce qui interpelait Basile, c’était plutôt la présence d’un trou en forme de trait circulaire, qui entourait la majeure partie du sol de la salle, justement circulaire elle aussi.
« Carelle, je pense que le sol sur lequel nous nous trouvons est mobile, mais je ne sais pas qu’est-ce qui serait susceptible de le faire bouger… »

Les deux hursians ont observé partout, mais n’ont pas trouvé un quelconque mécanisme qui serait relié au sol. D’un coup, deux autres personnes entrèrent dans la salle après avoir descendu l’escalier : Masane et Gédéon !
« Masane ? Gédéon ? Vous, ici ? Et Gédéon, qu’est-ce que tu fais habillé avec cette robe ? Je l’avais mise dans une valise réservée en cas d’urgence ! dit Basile.
— Et bien… à l’origine, je voulais te sauver parce que je croyais que tu avais été enlevé par Carelle… et du coup je m’inquiétais pour toi. dit Masane.
— Et moi, je suis là, parce que ton cher ami m’a embarqué là-dedans… et en plus de ça, il a déchiqueté mes vêtements. Mais… Basile…
— Basile… derrière toi… »
Basile ne comprend pas pourquoi Masane et Gédéon l’appellent à se tourner… Mais lorsqu’il se tourne, il aperçoit Carelle, presque paralysée, avec la tête inclinée vers le bas, cachant ainsi ses yeux. Dans le même temps, son médaillon qu’elle porte autour du cou change de couleur de façon intermittente, passant du rouge au vert, puis du vert au rouge, et ainsi de suite… pour finalement devenir rouge. Basile repense à sa dernière nuit à l’hôtel et se dit : « Alors comme ça, son médaillon change de couleur… donc lorsque j’ai vu son médaillon vert après notre première nuit à l’hôtel et que je pensais qu’il était rouge la veille, je ne m’étais pas trompé ! Il devait certainement l’être réellement, et qu’il est devenu vert pendant la nuit ! »

Lorsque le médaillon se fixe en rouge, Carelle ressort sa dague télescopique, la brandit de sa main gauche, et fonce vers Masane.
« VENGEANCE ! crie-t-elle.
— Non ! Carelle, ne fais pas ça ! dit Basile, qui tenta de l'intercepter. »
Carelle bouscule Basile et continue son chemin. Masane se prépare alors pour la défensive, et tire un flot de S&B’s sur la main de Carelle. Cela ne lui a pas fait mal, mais Masane voulait juste que Carelle lâche sa dague, et ça a réussi. Mais Carelle a vite fait de se relever et de reprendre sa dague. Les deux s’apprêtent alors à réellement commencer à se battre, au centre de la salle, sous les yeux ébahis des deux frères jumeaux, impuissants, et surtout effrayés face à Carelle qui semble être redevenue la fille froide et meurtrière qu’elle était il y a encore quelques jours.
« Depuis le temps que j’attends ce moment… dit Carelle à Masane.
— Approche un peu ! Tu ne m’auras pas aussi facilement ! »
Carelle fonce sur Masane, et un combat acharné s’en suit. Mais les deux sont tellement doués pour attaquer ET pour se défendre qu’aucun ne réussit à faire réellement mal à l’autre… jusqu’à ce que Carelle réussisse à embrocher littéralement les ailes de Masane avec sa dague. Masane a hurlé de douleur, mais riposte immédiatement en donnant un coup de poing de toutes ses forces en plein dans le ventre de son ennemie, qui se retrouve au tapis.

« Masane ! Carelle ! Oh non… Gédéon, va chercher la soute du micro-super avion… prends la soute entière ! Il doit y avoir de quoi palier leurs blessures, enfin… j’espère. » dit Basile.
Ce dernier s’approche de Masane, allongé visage à terre… Il prend des S&B’s à celui-ci pour les donner à Gédéon afin que ce dernier puisse passer le fameux couloir avec les bestioles étranges. Il saisit la dague de Carelle qui est toujours embrochée dans les ailes de Masane, puis l’a retirée tout doucement, dans l’espoir de ne pas lui faire trop mal. Basile parlait tout doucement à Masane, pour le rassurer. Quelques minutes après, Gédéon est revenu, la soute du micro-super avion dans les bras, et a trouvé tout ce qu’il faut pour soigner Masane. Mais il ne pourra plus jamais voler… Carelle, de son côté, est moins mal en point, elle est seulement dans les vapes après avoir reçu le violent coup de poing de Masane. Son médaillon est redevenu vert, et finalement, elle se réveille au bout de quelques minutes. Basile l’aida à se relever. Il lui a raconté les évènements qui se sont passés lorsque son médaillon était rouge, car elle semble avoir tout oublié.
« J’ai… un mauvais penchant. Je n’aime pas faire le mal. Basile le sait, je lui ai déjà tout raconté … Mais j’ai comme un mauvais esprit qui me hante, je n’arrive pas à m’en séparer. dit Carelle.
— Pourtant, il faudra bien que tu t’en sépares ! répond Masane.
— Masane, en quelques jours, j’ai appris à connaitre Carelle… et elle n’est pas si mauvaise qu’on pourrait le croire. C’est en étant gentil avec elle qu’elle a pu me dévoiler toute sa plus belle face.
— Sa plus belle face ??? Comment ça ? demande Gédéon.
— Et bien… quand elle est en « mode gentille » si je puis dire ainsi…
— Ah zut… Enfin… Heu… Je voulais dire, zut qu’on n’ait pas pu la voir gentille dès le premier coup, quoi.
— Gédéon… Ça veut rien dire ce que tu dis, là… dit Basile.
— Heu… Oui, tu as raison… Désolé.
— Basile m’a appris à reprendre le dessus sur mon mauvais côté… mais c’était avoir vu Masane qui m’a rappelée des mauvais souvenirs… et qui m’a donc fait redevenir mauvaise. Là ça va mieux… Mais qu’on chasse mon mauvais côté de cette façon… c’est douloureux ! »
En même temps qu’elle parle, Carelle se masse l’endroit où Masane l’avait frappée, parce qu’évidemment, elle a encore un peu mal. Après ces évènements, Basile a raconté à Masane et Gédéon pourquoi il est venu avec Carelle à cet endroit. Il a expliqué ce que lui et Carelle cherchent, ainsi que tout ce qu’ils ont vécu depuis leur arrivée ici, avec notamment l’épisode de la vague qui a manqué de les noyer. Au bout du compte, Masane et Gédéon se sont joints à Basile et Carelle dans leur quête pour trouver les quatre divinités.

Ainsi, l’aventure de Basile et Carelle devient l’aventure de Basile, Carelle, Masane et Gédéon, pour le meilleur, et surtout pour le pire…

À SUIVRE !
Add a Comment:
 
:iconsi-nister:
Si-Nister Featured By Owner 21 hours ago   Digital Artist
Salut :) .

Chouette comme suite :) .

Je déteste critiquer, sincèrement mais il y a vraiment beaucoup de répétitions (étranges bestioles, microsuperavion, microsuperbateau (pour les textes avant, etc...), tu devrais essayer de faire attention à ces répétitions. Le style littéraire et les tournures de phrases paraissent un peu étranges à certains moments :/ . Et à quelques reprises, tu expliques des choses logiques qui n'ont pas besoin d'être expliquée :( .

Sinon, les personnages sont toujours aussi attachants et l'intrigue suit bien son cours, je suis impatient de lire la suite :)
Reply
:icongojicachou:
GojiCachou Featured By Owner May 2, 2018  Hobbyist General Artist
Bon, hé bé, ils sont copains copines à la fin haha XD j'espère que ça va durer !
Reply
:icontece-artiste:
Tece-Artiste Featured By Owner May 2, 2018  Hobbyist Digital Artist
Ouais enfin… Copains copines, c’est vite dit. ^^
Reply
:icongojicachou:
GojiCachou Featured By Owner May 2, 2018  Hobbyist General Artist
Oui je sais, je savais pas comment dire X)
Reply
:icontece-artiste:
Tece-Artiste Featured By Owner May 2, 2018  Hobbyist Digital Artist
Après tout, qu'est-ce qui prouve que Carelle ne va pas retourner sa veste et leur planter un couteau dans le dos dans le chapitre 8 ? =P
Reply
:icongojicachou:
GojiCachou Featured By Owner May 2, 2018  Hobbyist General Artist
Oh, oh, je pensais ça aussi !
Reply
:icontece-artiste:
Tece-Artiste Featured By Owner May 2, 2018  Hobbyist Digital Artist
Tu pensais vraiment à ça ? Et dire que j'ai dit ça au hasard. ^^
Reply
:icongojicachou:
GojiCachou Featured By Owner May 2, 2018  Hobbyist General Artist
Hé bé ! Mince c'était du hasard X'D
Reply
:icontece-artiste:
Tece-Artiste Featured By Owner May 2, 2018  Hobbyist Digital Artist
En tout cas, seule chose que je peux te certifier pour la suite : Masane n'aime pas Carelle. Voilà, ça, c'est dit.
Reply
(1 Reply)
Add a Comment:
 
×

:icontece-artiste: More from Tece-Artiste


More from DeviantArt



Details

Submitted on
May 2
Submitted with
Sta.sh Writer
Link
Thumb

Stats

Views
41
Favourites
2 (who?)
Comments
10
×